Eilmeldung

Eilmeldung

Quid de la conservation du patrimoine dans les zones en conflit

Sie lesen gerade:

Quid de la conservation du patrimoine dans les zones en conflit

Schriftgrösse Aa Aa

Dans cette édition, Utalk a choisi la question de Paul de Paris qui se demande : ‘comment protéger le patrimoine culturel de la destruction et du pillage, face à l’escalade de la violence au Moyen-Orient ?’

Eléments de réponse avec Nada Al Hassan, Chef de l’unité ‘Etats arabes’ au Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO :

“ Les préventions font partie de notre travail quotidien. L’UNESCO dispose de conventions internationales pour la protection du patrimoine – la Convention de La Haye qui protège le patrimoine en cas de conflit armé, la Convention contre le trafic illicite et la Convention du patrimoine mondial.

À travers nos relations étroites avec Interpol, ou l’Organisation internationale des douanes, ainsi que les maisons de vente aux enchères aux quatre coins du monde, il est possible de travailler très activement pour empêcher le trafic illicite des objets culturels, parce que cela se passe aux frontières et sur le marché international. Donc il y a beaucoup plus de marges de manœuvre pour agir. Par contre s’agissant de la protection des monuments, du patrimoine bâti en période de conflit, c’est très difficile. C’est une étape qui généralement vient après, qui vient dans la phase de reconstruction.

Au Mali par exemple, nous sommes déjà en train de reconstruire les mosquées à Tombouctou. À Bamiyan, en Afganistan, depuis la destruction des bouddhas, nous travaillons sur la consolidation des niches des bouddhas et la mise en valeur de toutes les grottes peintes et du site archéologique de Bamiyan.

Bien sûr que les vies humaines, la condition des réfugiés, la violence et la recherche de la paix sont les points prioritaires en cas de conflit, mais nous croyons fermement qu’il faut non seulement transmettre le patrimoine aux générations futures, mais il faut aussi le préserver comme gage de cohésion sociale et comme élément fondateur de la reconstruction d’un pays après-guerre.

Enfin, je souhaiterais relayer le message de Madame Irina Bokova, la Directrice générale de l’Unesco, qui a appelé les Irakiens à s’unir pour protéger leur patrimoine. Évidemment, son message concerne tous les pays en conflit actuellement. Il faut éviter à tout prix de prendre le patrimoine culturel en otage. “

http://www.unesco.org/new/en/culture/themes/armed-conflict-and-heritage/

Si vous souhaitez poser une question dans l‘émission, cliquez ici.